Le petit Joris Fauconnier a mis Speedy Smith sous l’éteignoir

Qui l’eut cru, après trois minutes de jeu, lorsque Charleroi menait 0-9 au SportOase de Louvain ? Le Spirou semblait parti pour une victoire facile. Mais, au terme du premier quart-temps, ce sont les Stella Artois Leuven Bears qui menaient 21-18 ! Ils avaient eux-mêmes bouclé le quart-temps par un 9-0…

A la mi-temps, c’était 50-37. Louvain s’était envolé, et n’allait plus permettre aux visiteurs de revenir, s’imposant finalement 88-79. C’est la deuxième fois en trois matches que les Bears battent le Spirou alors que ce dernier donnait l’impression que rien ne pouvait lui arriver.

Si l’on retiendra évidemment les 29 points et 5 rebonds de Hugh Robertson, et les 19 points et 5 rebonds de Brendan Stith, il faut aussi mettre en exergue la prestation du jeune Joris Fauconnier, 21 ans et 1m75 ans, issu de l’école des jeunes des Bears. S’il a joué 25 minutes (davantage que le distributeur titulaire Josh Heath, 20 minutes), ce n’est pas un hasard : Eddy Casteels avait parfaitement cerné ce qu’il pouvait apporter à son équipe. Un moment révélateur durant le match : près un air-ball sur un tir à trois points, Fauconnier pensait qu’il allait être remplacé en voyant Luka Kotrulja sur la chaise, prêt à monter, mais Casteels lui a fait signe : non, c’est Heath qui sort ! Au final, Fauconnier affichera 7 points et 6 assists à son compteur. Son opposant direct était Kenneth « Speedy » Smith : celui qui est le maître à jouer de Charleroi depuis son arrivée, et qui s’était encore fendu d’un triple double mercredi en FIBA Europe Cup contre Bayreuth (20 points, 10 rebonds et 10 assists), a cette fois été limité à 9 points et 6 assists, et s’est aussi rendu coupable de 3 pertes de balles. Le mérite en revient indéniablement à Fauconnier, véritable sangsue en défense.

Quant à Charleroi, le mystère demeure : comment une équipe capable d’aller gagner à Ostende peut-elle s’incliner à Louvain ?

Daniel Devos

You must be logged in to post a comment Login

Leave a Reply