Très beau match européen entre… le Brussels et Charleroi

Pour son premier match européen à domicile, le Phoenix Brussels accueillait le… Spirou Charleroi à Neder-over-Heembeek. Un duel belgo-belge en Coupe d’Europe, cela signifie : des maillots spéciaux pour la Coupe d’Europe (jaune avec des parements bleus et turquoises pour le Brussels, tout rouge pour Charleroi) ; des arbitres étrangers, à savoir dans ce cas-ci : le Lituanien Tomas Jasevicius, le Norvégien Nikola Bejat et l’Espagnol Sergio Manuel Rodriguez. Hasard ou pas, les contestations ont été moins nombreuses qu’en championnat de Belgique. Il y avait aussi un beau contingent de supporters carolos, bien en voix et… bien en tambours. Il y a surtout eu un très beau match, palpitant jusqu’au bout et qui ne s’est décidé qu’au terme d’une prolongation.

La meilleure preuve que l’on a eu droit à un beau match, c’est que les quatre interlocuteurs présents à la conférence de presse (Desonta Bradford et Serge Crevecoeur pour le Brussels, Anthony Beane et Sam Rotsaert pour Charleroi), ont tous félicité… l’adversaire. Le joueur et le coach carolo ont salué la bonne première mi-temps et la victoire des Bruxellois, et ces derniers leur ont rendu la pareille en saluant la belle mentalité des Spirous, qui n’ont jamais rien lâché, même quand ils ont été menés 40-22… et qui ont bien failli repartir sur le fil avec la victoire, alors qu’ils n’ont jamais mené pendant les 40 minutes règlementaires.

Le Brussels a, en effet, entamé le match sur les chapeaux de roue, en s’accordant un avantage de 24-13 au terme du premier quart-temps, de 40-22 donc (écart maximal) après une quinzaine de minutes et de 48-35 à la mi-temps. Mais les Carolos n’ont jamais baissé les bras, se sont battus sur tous les ballons, ont refait progressivement leur retard et ont égalisé à 89-89 à… 38 secondes du terme, pour clôturer à 92-92 à la fin du temps règlementaire. C’est dans la prolongation que les visiteurs ont pris pour la première fois l’avantage, à 92-94, mais le Brussels, qui a mené pendant 40 des 45 minutes, l’a finalement emporté 104-101.

Si Desonta Bradford s’est fendu de 21 points et Andell Cumberbatch de 20 points et… 14 rebonds, l’un des motifs de satisfaction de Serge Crevecoeur était la très bonne tenue des jeunes Niels Foerts (4 points), William Robeyns (11 points et 3 assists) et surtout Jonas Foerts (16 points dont 4 sur 4 à trois points). En première mi-temps, le coach bruxellois a même pu se permettre d’aligner les trois jeunes en même temps sans que le rendement de l’équipe ne s’en ressente. La saison dernière, Jonas Foerts évoluait encore en double affiliation avec Oxaco Boechout (champion de TDM1) et paradoxalement, il avait semblé un peu plafonner en EuroMillions Basketball League. Cette saison, il explose. « C’est peut-être le fait qu’il entame les matches dans le cinq de base qui le met en confiance », estime Crevecoeur.

Autre satisfaction pour les Bruxellois: en l’absence de Khaliq Spicer, les 9 joueurs alignés ont tous marqué (seul le très jeune Archange Izaw, resté sur le banc, n’a forcément pas apporté sa contribution au marquoir).

Affronter Charleroi en FIBA Europe Cup, est-ce différent qu’en championnat de Belgique ? « Non. Pour moi, c’était un match comme un autre », affirme Crevecoeur. « C’était un match qu’il fallait gagner, sous peine de se retrouver mal embarqué en FIBA Europe Cup. Mission accomplie. Aujourd’hui, si je ne me trompe pas, toutes les équipes repartent de zéro puisqu’elles comptent chacune une victoire et une défaite (le Pinar Karsiyaka a en effet battu Groningen dans l’autre match de la soirée). »

Crevecoeur a aussi tenu à adresser un petit mot d’encouragement à son jeune collègue Sam Rotsaert, qui a pris le relais de Pascal Angillis (lequel a pris un peu de recul pour s’occuper de l’un de ses fils, malade). « Bon boulot », lui a-t-il dit. Et, effectivement, le jeune coach arrivé du Duva Fruit Gistel-Ostende (la filiale du BCO) a déjà imprimé sa griffe. Une semaine plus tôt, il avait remporté une brillante victoire (la première de la saison pour le Spirou) face aux Turcs du Pinar Karsiyaka, et mercredi, à N-O-H, c’est aussi son mérite si les joueurs carolos n’ont jamais baissé les bras alors qu’ils auraient pu laisser filer le match lorsque celui-ci lui échappait.

Enfin, pour l’anecdote : est-ce le contexte européen qui les a inspirés ? Toujours est-il que deux des cinq spectateurs ont réussi leur tir du milieu du terrain au premier essai, lors des animations de la mi-temps… et les tentatives des trois autres ne sont pas passées bien loin.

DanielDevos

You must be logged in to post a comment Login

Leave a Reply