Deux clubs ont perdu leur sponsor principal

Arthur Goethals se montre toujours aussi optimiste et continue à faire croire que tout va pour le mieux dans le meilleur des mondes au sein du basket belge. C’est son rôle, en tant que président de la Ligue, et il faut reconnaitre qu’il ne ménage pas ses efforts pour rendre le produit attractif.

Mais force est de constater que deux clubs de l’EuroMillions Basketball League, et non des moindres, ont perdu leur sponsor principal et que cela a un impact sur leur effectif. Le Brussels a perdu Basic-Fit, qui lui était fidèle depuis six ans, et n’a pas trouvé l’équivalent. Les joueurs portent désormais le nom de « Phoenix » sur leur maillot, mais ce n’est pas un sponsor : c’est le nom de l’académie des jeunes. Serge Crevecoeur se démène pour trouver d’autres partenaires, et se débrouille plutôt bien dans ce domaine, mais estime quand même la perte à 200.000 euros. Lors de la conférence de presse du mois de juin, il avait présenté Symbio – qui est le sponsor maillot du RWDM en football – mais cela ne semble pas déboucher sur davantage qu’un simple partenariat. C’est la perte de Basic-Fit qui a obligé le club à se limiter à dix contrats professionnels – auxquels s’ajouteront deux jeunes chaque week-end – là où il y en avait douze la saison dernière.

Le Spirou Charleroi, de son côté, a perdu Proximus. Les joueurs évoluent avec « Bel RTL » sur le maillot, mais l’apport financier n’est sans doute pas le même. Des joueurs comme Dorian Marchant, Niels Marnegrave et Boris Penninck ont quitté le navire. En contrepartie, Thomas Creppy et Ordane Kanda sont arrivés des Kangoeroes, tandis que Noë Botuli est certes international chez les jeunes mais pas encore une valeur sûre. Quant aux joueurs étrangers, ils semblent aussi moins talentueux que leurs prédécesseurs. Gabriel Jean et Jacques Cloquet sans de vrais gestionnaires, et leur priorité est sans doute – légitimement – d’assurer la pérennité du club. Mais avec l’effectif actuel, jouer le titre semble une utopie.

Il y a deux ans, c’est Ostende qui avait perdu son sponsor principal Telenet, parti à Anvers. Entretemps, les Côtiers ont trouvé la brasserie Filou comme sponsor maillot, mais là aussi, l’apport financier n’est sans doute pas le même. Durant l’été, le club a dû se séparer de son manager historique, Philip Debaere, pour raisons financières, et a aussi perdu deux internationaux confirmés : Vincent Kesteloot (parti à Anvers) et Elias Lasisi (parti à Göttingen). Le BCO mise sur les jeunes, une initiative louable mais probablement également liée à des impératifs financiers. Pourtant, qu’on n’enterre pas les Côtiers avant même le début du championnat : ils auront encore leur mot à dire dans la lutte pour le titre. Dario Gjergja est toujours capable de réaliser des miracles. Le petit Hollandais Keye van der Vuurst de Vries est un vrai talent, Servaas Buysschaert a déjà fait l’une ou l’autre apparition remarquée en FIBA Champions League lorsqu’il y avait des blessés la saison dernière et le longiligne Amar Sylla (prêté par le Real Madrid) est tout simplement un prospect NBA.

Daniel Devos

You must be logged in to post a comment Login

Leave a Reply