Antwerp Giants officiellement champion

Il manquait encore une victoire, sur les deux derniers matches, aux Antwerp Giants pour être officiellement champions en TDM2, Série A. Les Anversois préféraient l’obtenir dès ce week-end, à Malines, car le dernier match face à Oostkamp ne leur disait rien qui vaille. C’est, en effet, l’une des deux équipes – avec le Bavi Vilvoorde – à les avoir battus cette saison.

Sur papier, ce match face à Kangoeroes Basket Mechelen, la lanterne rouge qui n’avait encore remporté qu’un seul match, ne devait être qu’une formalité. Mais cela n’a pas été aussi simple, du moins au début. Les Malinois, qui n’avaient plus rien à gagner ni à perdre, ont joué libérés et sans complexes. En bénéficiant d’une réussite insolente à distance, ils se sont permis de filer à 28-23, et de clôturer le premier quart-temps sur le score de 31-28.

Encaisser 31 points sur un quart-temps, ce n’était pas du goût du coach Luc Smout, ni des joueurs anversois d’ailleurs. Ils ont resserré les boulons, et se sont alors échappés, en creusant progressivement l’écart : 48-55 à la mi-temps, 56-81 après 30 minutes et finalement 71-107. Dix des onze joueurs ont marqué, et cinq d’entre eux ont atteint les doubles chiffres : Seppe Willems (23 points), Quinten Smout (19), Thijs De Ridder (16), Godwin Tshimanga (13) et Caspar Augustijnen (12).

« J’ai déjà remporté d’autres trophées, mais c’est celui-ci qui m’a procuré le plus de joie », souligne Quinten Smout. « Parce que nous avons formé une véritable bande de copains et que nous sommes allés chercher le titre ensemble. »

Thijs De Ridder, autre joueur qui a déjà intégré le noyau A, est du même avis. « Cela fait deux ou trois ans que les Giants B essaient de réintégrer la TDM1. C’est mieux pour le développement des jeunes joueurs que la TDM2. Pourquoi cela a-t-il réussi cette année-ci et pas les années précédentes ? Peut-être parce que nous avons formé une véritable équipe. La plupart des joueurs jouent ensemble depuis plusieurs saisons et ont appris à se connaître, et à s’apprécier. Certes, il y a quelques individualités, mais c’est le collectif qui a prévalu. »

Ce titre était attendu. Dès le début de saison, Anvers a impressionné. La plupart des adversaires en faisaient le favori incontesté, même si le coach Luc Smout a parfois parlé d’une saison de transition et d’un objectif de milieu de classement. Le fait que plusieurs joueurs s’entraînent avec les pros leur a donné un avantage certain par rapport aux vrais amateurs de la série. « C’est vrai, mais cela peut aussi se révéler une arme à double tranchant », souligne l’assistant. « Lorsque certains joueurs étaient appelés en équipe A, l’équipe B devait évoluer en effectif réduit. Heureusement, nous n’avons pas eu trop de blessés et avons été relativement épargnés par le Covid. Mais il ne faut pas oublier que le groupe était uniquement composés de jeunes, et qu’ils devaient parfois affronter des joueurs de 35 ans, expérimentés et qui connaissent toutes les ficelles du métier. Il y avait aussi quelques équipes très physiques dans la série… »

Le Bavi Vilvoorde, que l’on n’attendait pas à ce niveau et qui a été la belle surprise du championnat, a rendu la vie dure aux Anversois, mais ceux-ci sont finalement arrivés à leurs fins.

Outre Quinten Smout et Thijs De Ridder, Seppe Willems s’est aussi vu proposer un contrat pro, mais il préfère d’abord terminer ses études.

Le paradoxe a voulu que l’équipe B fête le titre en TDM2 le week-end où l’équipe A était éliminée des play-offs par Mons. Mais cela n’a pas empêché les joueurs de savourer leur victoire à sa juste valeur, ni d’emmener le coach Luc Smout pour la traditionnelle douche du couronnement.

Daniel Devos

You must be logged in to post a comment Login

Leave a Reply