Valéry Demory débute par une lourde défaite en Bosnie

Ce n’était pas la soirée des coaches débutants à la tête des équipes nationales féminines. La France, avec Jean-Aimé Toupane qui a succédé à Valérie Garnier, s’est inclinée 90-71 en Ukraine, et la Belgique, avec Valéry Demory qui a succédé à Philip Mestdagh, a perdu 87-81 en Bosnie-Herzégovine. Un score trompeur, car l’écart n’a été atténué qu’en fin de match, lorsque les Bosniennes se sont déconcentrées et ont permis à nos représentantes de remporter le 4equart-temps 14-32. L’écart a atteint les 24 points en fin de 3equart-temps : 73-49.

Les Belgian Cats n’ont fait illusion qu’en début de match, grâce surtout à une bonne entrée en matière de Kyara Linskens et à une Julie Vanloo particulièrement adroite au-delà des 6m75 (5 sur 5 à trois points en première mi-temps, pour terminer à 19 points). On avait l’impression que nos représentantes jouaient de manière plus agressive que par le passé, mais c’était lié à l’agressivité des… Bosniennes qui ont provoqué un nombre incalculable de pertes de balles dans nos rangs (22 au total). Emma Meesseman n’avait pas son rendement habituel (elle a été limitée à 6 points pendant plus de 30 minutes avant, elle aussi, de redresser la tête dans le 4equart-temps en terminant avec 18 points et 7 rebonds), Laure Resimont (0 point en 15 minutes) n’a pas fait oublier Kim Mestdagh, Hanne Mestdagh orpheline de sa sœur n’a pas davantage trouvé le chemin du panier et Julie Allemand (8 points mais 7 pertes de balles) a également eu du mal à entrer dans la partie. L’éclaircie, tardive mais réelle, est venue de Maxuella Lisowa, entrée en fin de match pour sa première sélection, et qui a inscrit 7 points et délivré 2 assists.

Les Belgian Cats sont surtout tombées sur une Jonquel Jones stratosphérique, qui a inscrit 44 points et capté 22 rebonds (on se demande quand même quel lien elle a avec la Bosnie-Herzégovine pour obtenir un passeport de ce pays), et sur des Bosniennes en état de grâce au-delà des 6m75 (45% de réussite à trois points) qui, en outre, dominaient outrageusement le rebond (36 contre 28).

L’écart final de six points a permis de limiter les dégâts et laisse entrevoir des perspectives pour l’avenir, mais il ne faudra pas se louper, dimanche à Courtrai, contre l’Allemagne (qui a battu la Macédoine du Nord 73-41). Les premiers de chaque groupe, et les quatre meilleurs deuxièmes, se qualifient pour l’Euro 2023 en Slovénie et en Israël.

Daniel Devos

You must be logged in to post a comment Login

Leave a Reply