Le coach Yves Defraigne est-il vraiment rassuré ?

L’Okapi Alost avait débuté le championnat laborieusement, et a touché le fond lors de la deuxième journée lorsqu’il s’est incliné au Phoenix Brussels où, de l’aveu même du coach Yves Defraigne, « rien n’était bon ».

Pas facile de remplacer des joueurs comme le MVP Vladimir Mihailovic, Bogic Vujosevic, Pape Badji ou Nathan Kuta. A plus forte raison lorsque, une fois encore, le budget a été revu à la baisse.

Pourtant, il y a dix jours, Alost a bien failli gagner à Ostende. L’Okapi menait au repos et ne s’est finalement incliné que 88-84. Malgré cela, Yves Defraigne n’a pas voulu s’enthousiasmer. « J’attendrai encore une semaine, pour voir si l’équipe confirme, avant de prétendre que nous sommes sur la bonne voie. »

Or, samedi passé, l’équipe a confirmé en s’imposant 71-77 sur le parquet de Kangoeroes, qui n’avaient pas connu la défaite jusqu’ici. Grâce, notamment, à un excellent deuxième quart-temps conclu sur un 13-23.

Un fait est peut-être passé inaperçu : dans le cinq de base, on retrouvait le jeune Steff Schauvlieger, qui a finalement joué 11 minutes. Le Néerlandais Boyd van der Vuurst, en revanche, n’a pas quitté le banc. Il faut dire que le frêne aîné de Keye van der Vuurst n’a pas encore convaincu grand monde depuis son arrivée en Belgique. Yves Defraigne s’en est sans doute aperçu aussi, et s’est probablement dit qu’au lieu d’aller chercher ailleurs, autant prendre ce que l’on a sous la main. Schauvlieger est un produit du club, encore étudiant à l’école de commerce de Gand. L’autre jeune du club, Siebe Ledegen, a aussi joué cinq minutes au Winketkaai, dans un match qui n’était pourtant pas plié longtemps avant son terme puisqu’il est resté indécis jusqu’à la fin.

Les beaux rôles ont cependant été confiés aux étrangers, avec 21 points, 4 rebonds et 4 assists d’Omar Calhoun, 16 points et 4 rebonds de Nikola Popovic (ces deux joueurs sont sortis du banc), 15 points et 10 rebonds d’Ivan Maras, et 10 points de Paulius Valinskas.

Après cette victoire en terres malinoises, Yves Defraigne est-il rassuré ?

Daniel Devos

You must be logged in to post a comment Login

Leave a Reply