Loïc Schwartz Joueur de l’Année, Vladimir Mihailovic MVP

Les ‘Awards’ de la saison 2020-2021 ont été décernés dimanche après-midi, à la mi-temps du match entre Telenet Giants Antwerp et BC Filou Ostende, diffusé sur Sporza et RTBF Auvio.

MOST VALUABLE PLAYER OF THE YEAR

  1. Vladimir MIHAILOVIC (Okapi Aalst) – 149 PTS
  2. Ryan KRIENER (Stella Artois Leuven Bears) – 63 PTS
  3. Skylar SPENCER (Belfius Mons-Hainaut) – 34 PTS

BELGIAN PLAYER OF THE YEAR

  1. Loïc SCHWARTZ (FILOU Oostende) – 101 PTS
  2. Pierre-Antoine GILLET (FILOU Oostende) – 89 PTS
  3. Tim LAMBRECHT (Spirou Basket Charleroi) – 61 PTS

RISING STAR OF THE YEAR

  1. Vrenz BLEIJENBERGH (Telenet Giants Antwerp) – 120 PTS
  2. Ajay MITCHELL (Hubo Limburg United) – 115 PTS
  3. Niels Van Den Eynde (Telenet Giants Antwerp) – 27 PTS

COACH OF THE YEAR

  1. Vedran BOSNIC (Belfius Mons-Hainaut) – 89 PTS
  2. Dario GJERGJA (FILOU Oostende) – 86 PTS
  3. Sam ROTSAERT (Spirou Basket Charleroi) – 80 PTS

REFEREE OF THE YEAR

  1. Renaud GELLER – 101 PTS
  2. Nick VAN DEN BROECK – 86 PTS
  3. Geert JACOBS – 44 PTS

Vladimir Mihailovic a logiquement été élu MVP. A l’index et au classement du meilleur marqueur, il a cependant été dépassé par Ryan Kriener, qui termine 2edu referendum. Mais l’Alostois emmène l’Okapi depuis le début de la saison et a réalisé un match à 45 points, en Coupe de Belgique contre Mons, alors que l’homme à tout faire de Louvain est arrivé en cours de saison.

Le podium du Joueur belge de l’Année est composé de deux Ostendais et d’un ex-Ostendais. Loïc Schwartz s’est imposé devant Pierre-Antoine Gillet. C’est le fruit d’une belle progression, à laquelle peu de gens croyaient. Lorsqu’il a quitté Charleroi pour Ostende, on se demandait ce qu’il allait faire à la Côte. Mais il a énormément travaillé sous la direction de Dario Gjergja et le voilà récompensé. Quant à Tim Lambrecht : il a enfin explosé cette saison, en retrouvant à Charleroi le coach qui l’avait formé sur la Reine des Plages : Sam Rotsaert.

Pour l’Espoir de l’Année, Vrenz Bleijenbergh s’est imposé de justesse face à Ajay Mitchell. Le longiligne Anversois, suivi par des scouts de NBA, avait terminé 2ela saison dernière. Mais il a encore franchi un palier. Le distributeur de Limburg United, lui, a été le sélectionné-surprise en équipe nationale et a, par moments, démontré tout son potentiel en championnat, mais il a été blessé à plusieurs reprises.

Pour le titre de Coach de l’Année, la lutte a été particulièrement serrée. Vedran Bosnic a été récompensé pour ses résultats avec Mons, qu’il a propulsé en tête du classement et qui pourrait peut-être causer du souci à Ostende pendant les play-offs. Petit bémol, à nos yeux : ces beaux résultats, il les a obtenus avec un cinq de base à 100% américain. Les joueurs belges, à l’exception d’Anthony Lambot ces dernières semaines, doivent souvent se contenter des miettes. Aussi, est-on en droit de se poser la question : Vedran Bosnic a-t-il plus de mérites qu’un Sam Rotsaert, qui a formé un véritable collectif à Charleroi avec des moyens très limités, et qui a successivement perdu en cours de saison Adama Darboe, Milan Samardzic, Gyorgy Goloman et tout récemment Shane Hammink ? Ou qu’un Lionel Bosco, qui a réussi à remporter six victoires avec une équipe de Liège qui semblait au départ ne pas tenir la route, mais qui est devenu un solide collectif ?

Enfin, chez les arbitres, Renaud Geller reste indéboulonnable. Il est récompensé depuis de longues saisons, et pourtant, cette année, il n’a pas été désigné pour siffler la finale de la Coupe de Belgique.

Le jury était composé des head coaches des équipes d’EMBL, des directeurs sportifs des équipes d’EMBL, des capitaines des équipes d’EMBL, de membres de la presse spécialisée, d’anciens lauréats des différentes catégories et de membres de la fédération et de la Pro Basketball League.

Daniel Devos

You must be logged in to post a comment Login

Leave a Reply