Louvain se paie le scalp de Mons et d’Anvers le même week-end

Sans jouer (ses deux matches, contre Alost et à Liège, ont été reportés pour cause de Covid-19), Ostende a fait la bonne opération du week-end : ses deux plus proches poursuivants, Mons et Anvers, ont en effet été battus… par les modestes Stella Artois Leuven Bears.

Modestes ? Il faudra peut-être revoir ce point de vue. Car, précédemment, Louvain avait déjà battu Ostende et Mons au SportOase, et était allé s’imposer à Alost. Au terme du match au Forum, le coach de l’Okapi, Yves Defraigne, avait déclaré : « C’est peut-être une contre-performance de notre part, mais qu’on ne s’y trompe pas : ce Louvain-là a les moyens de viser une place dans le Top 6. »

Il n’avait peut-être pas tort. Ryan Kriener avait débarqué quelques semaines plus tôt et commençait à trouver ses marques, et c’était le premier match de Malcolm Bernard, qui allait d’ailleurs d’emblée s’illustrer. Avec eux, Louvain est paré pour jouer les trouble-fête.

Ce dimanche, contre les Giants, Malcolm Bernard était en civil : toujours tracassé par des pépins physiques. Mais Ryan Kriener (photo) a démontré qu’il apportait un véritable plus à sa formation, dans un style travailleur et sans avoir l’air d’y toucher, mais diablement efficace : 28 points et 8 rebonds en 27 minutes de jeu. Luka Kotrulja était en feu également : 16 points, 5 rebonds et 4 assists en 36 minutes de jeu. Joshua Heath, lui, se montrait altruiste : 8 assists (et 8 points). Et Seppe D’Espallier a démontré qu’au-delà de son rôle d’équipier-modèle, il savait aussi soigner ses statistiques : 14 points, 9 rebonds et 2 assists en 35 minutes (tout en ne démarrant pas dans le cinq de base).

Anvers était pourtant bien entré dans la partie : les Giants ont mené 8-14 en début de match. Grâce à un Kavell Bigby-Williams, qui avait déjà inscrit 11 points en… six minutes de jeu. On se disait qu’on allait enfin voir l’ancien joueur de Cantù sous son meilleur jour. Mais il s’est éteint progressivement, à l’image de l’équipe. Il n’a plus inscrit le moindre point par la suite, et les Giants, pas plus convaincants qu’ils ne l’avaient été le vendredi précédent contre les Kangoeroes, se sont vus menés de 20 points à 63-43. Il y a, certes, eu une réaction : les Giants se sont rapprochés à 4 points dans le money-time, mais à chaque fois qu’ils pouvaient complètement recoller au score, ils loupaient leur tir et ont dû s’incliner 83-76. Au final, ils terminent pourtant avec un beau pourcentage aux tirs à trois points (10 sur 23, soit 43%), mais c’était insuffisant face à des Louvanistes moins adroits (6 sur 21 à trois points, soit 28%), mais qui ont copieusement dominé le rebond (49 contre 26).

Louvain est en train de réussir une belle saison. Les Bears sont actuellement 6eex-aequo avec Charleroi (9 victoires chacun) et sont quasiment assurés des play-offs, vu que Liège et le Brussels sont largués.

Deux grosses ombres au tableau, cependant : ils ont été battus à deux reprises par Liège à domicile et ont laissé échapper lamentablement une qualification pour la finale de la Coupe de Belgique alors qu’ils avaient remporté le match aller à Malines de 9 points. Eddy Casteels avait déclaré, à l’époque, que c’était peut-être « la plus grosse déception de sa carrière ». Au vu du potentiel actuel de l’équipe, on comprend mieux pourquoi.

Daniel Devos

You must be logged in to post a comment Login

Leave a Reply