Le Brussels remporte « son » Brussels European Tournament

Le Brussels European Tournament, organisé ce week-end à Neder-over-Heembeek, aurait mérité mieux qu’une assistance confidentielle au vu de l’affiche proposée : le Brussels, Charleroi, Nanterre et Bonn, c’est tout de même alléchant pour de vrais amateurs de basket. Mais existe-t-il encore de « vrais amateurs de basket » en Belgique ?

Les supporters locaux auront en tout cas eu la satisfaction de voir le Brussels l’emporter, en battant d’abord Nanterre, puis Bonn. C’est encourageant, d’autant que les Bruxellois s’alignaient sans David Bell et sans William Robeyns, tous les deux légèrement blessés. Ils ont donc « tourné » à huit joueurs. C’est l’une des conséquences de la perte du sponsor Basic-Fit : l’effectif se limite désormais à dix joueurs professionnels, complété par deux jeunes (mais qui ne sont pas montés au jeu). Or, le fait de jouer à 12 joueurs constituait l’une des forces du Brussels, la saison dernière. Chacun avait droit à son temps de jeu et pouvait donner le maximum avant d’être remplacé et de remonter, tout frais, pour le money-time. Sans que le rendement de l’équipe ne s’en ressente (ou très peu).

Désormais, les joueurs auront donc droit à plus de temps de jeu. Cela peut être un avantage comme un inconvénient. Le distributeur Desonta Bradford a joué 39 minutes contre Nanterre (12 points, 4 rebonds et 3 assists), l’ailier Andell Cumberbatch est bien le joueur spectaculaire qui était annoncé, et le pivot Jonathan Augustin-Fairell est à la fois costaud et mobile. Mais, même si les frères Foerts et Robeyns progressent, l’équipe risque d’être tributaire du rendement de son capitaine Domien Loubry, qui est capable de renverser une situation compromise en quelques éclairs mais qui connaît aussi, parfois, quelques absences. C’est donc un Brussels à la fois séduisant mais moins complet que la saison dernière que l’on verra à l’œuvre.

Daniel Devos

You must be logged in to post a comment Login

Leave a Reply