Aucun Bruxellois n’était capable de tenir Thompson et Sylla

Trois jours après s’être imposé 72-75 au Dôme de Charleroi en FIBA Europe Cup – un résultat qui pourrait éliminer… les deux équipes belges si le Spirou ne gagne pas à Groningen et si les Bruxellois ne gagnent pas à Karsiyaka – le Phoenix Brussels s’est incliné 75-77 contre le BC Filou Ostende en EuroMillions Basketball League. Un score trompeur, car pendant 30 minutes et malgré les absences de Loïc Schwartz et de MiKyle McIntosh, les Côtiers se sont baladés à Neder-over-Heembeek. La différence s’est surtout faite sous l’anneau. Dans les rangs bruxellois, aucun joueur n’était capable de tenir Shevon Thompson et Amar Sylla. Jonathan Fairell était trop petit, et Josip Jukic – qui remplace Khaliq Spencer, congédié pour avoir caché un problème aux yeux – était trop peu mobile et commettait rapidement des fautes. Une phase est plus explicite que toutes les autres : lors d’une rentrée en ligne de fond pour le BCO, avec 0.4 secondes à jouer, Fairell tenait Thompson de près, mais ce dernier a tout de même réussi son tip-in et a marqué : il était simplement plus grand et sautait plus haut que le pivot bruxellois.

Après dix minutes de jeu, Thompson et Sylla en étaient déjà respectivement à 7 et 10 points. Ils termineront le match avec 22 points et 13 rebonds, et 19 points et 9 rebonds pour le Sénégalais.

Si Sylla est encore un jeune joueur prêté par le Real Madrid, et qui ne brille pas autant à chaque match, le trio majeur d’Ostende, on le sait, est constitué de Dusan Djordjevic, Shevon Thompson et Braian Angola. Certaines statistiques sont explicites. Avec eux sur le terrain, après 30 minutes de jeu, le BCO était respectivement à +18, +20 et +22. Par contre, lorsque Dario Gjergja a commencé à effectuer des rotations, le rendement de l’équipe a baissé. Le jeune distributeur néerlandais Keye van der Vuurst de Vries – pourtant auteur de 3 assists en 4 minutes de jeu – s’est fait copieusement enguirlander par son coach pour un oubli défensif.

Ostende a compté un avantage maximal de 20 points à 29-49, et menait encore 46-60 au terme du troisième quart-temps. C’est Domien Loubry, très discret jusque-là (0 point en 12 minutes de jeu), qui a redynamisé son équipe en inscrivant 8 points dans les dix dernières minutes. Le joueur le plus productif du Brussels était cependant, une fois de plus, Jonas Foerts qui réalise un début de saison de dingue. 20 points au total (dont 3 paniers à trois points).

Il aurait même pu offrir la victoire à son équipe, au buzzer final, lorsqu’il a tenté un tir à trois points dans le coin du terrain, alors que le marquoir indiquait 75-77. Le ballon a tourné sur l’anneau. C’eut été un hold-up, car le Brussels – on le répète – a été balayé pendant 30 minutes et s’est retrouvé à -20. Mais cela aussi, c’est le basket : un match n’est jamais terminé, et surtout pas avec les Bruxellois.

Dernier petit détail : sur la feuille de statistiques, figurait – ce qui est rare – le nombre exact de spectateurs qui assistaient à la rencontre. Il y en avait… 549.

Daniel Devos

 

You must be logged in to post a comment Login

Leave a Reply