8e titre consécutif d’Ostende. Ou quand les malheurs se transforment…

Ce n’est pas encore cette année que le Roi vacillera de son trône : le BC Filou Ostende a remporté son 8etitre consécutif.  The legendary 8th, comme il était écrit sur le T-shirt du champion. « Sur les huit, celui-ci fut sans doute le plus dur à aller chercher », assure Dario Gjergja. Ostende avait, il est vrai, un véritable adversaire en face de lui : les Telenet Giants Antwerp, qui avaient terminé en pole-position de la saison régulière, avaient déjà remporté la coupe (au détriment d’Ostende) et s’étaient aussi adjugé la médaille de bronze de la FIBA Champions League (alors qu’aucun club belge n’avait encore réussi à s’extraire des poules jusque-là).

Et pourtant, cette belle équipe anversoise, pour laquelle c’était « l’année ou jamais », a craqué en finale des play-offs, alors qu’elle bénéficiait de l’avantage du terrain. Mais cet avantage en était-il vraiment un ? En quatre confrontations, cette saison, les Giants n’ont jamais réussi à battre Ostende dans leur Lotto Arena (alors qu’ils ont gagné deux fois à la Côte). Ils se sont même pris une dégelée mémorable de 40 points lors de leur premier affrontement. Certes, on peut considérer que cette défaite-là était un accident, mais ils se sont aussi inclinés dans les trois autres confrontations : lors du back-to-back en championnat, et lors des deux matches joués à domicile pendant les play-offs. « Ce n’est pas jeudi, à Ostende, qu’on a perdu le titre », affirme Roel Moors. Sous-entendu : mais bien deux jours plus tôt, lors du troisième match, lorsque les Giants ont mené 50-40 à moins de cinq minutes du terme, avant de s’incliner 57-60 sous les coups de boutoir de Vincent Kesteloot. « Sur nos deux matches à domicile en play-offs, nous devions au moins en remporter un », confirme Roel Moors.

Et en play-offs, lorsqu’on laisse passer sa chance, on le paie cher. Sinvers a réussi, lors du deuxième match, à rétablir la situation en s’imposant au Versluys Dôme après s’être incliné à domicile, ils n’ont logiquement pas réussi à rééditer cet exploit jeudi, lors du quatrième match. Ostende a pris le match à bras-le-corps, allant jusqu’à mener 30-13 avant de subir un éphémère retour anversois. « Je suis fier de la réaction de mes joueurs, qui ont réussi dans la foulée à revenir à 36-31 après ce départ raté », affirme Roel Moors. Mais cela n’a pas suffi : Ostende a mené d’un bout à l’autre pour finalement s’imposer 69-62.

Un titre acquis dans la douleur, cela se savoure. « On a connu une saison compliquée », rappelle Dario Gjergja. « Avec des problèmes, des blessures… » Paradoxalement, ce sont peut-être ces malheurs qui ont, au final, fait le bonheur des Ostendais. La blessure de Marin Maric a conduit à l’engagement de Shevon Thompson. Et la suspension d’Elias Lasisi a conduit à l’engagement de Braian Angola. Or, ce sont deux sérieux renforts : Braian Angola a même été élu MVP des Finals. En plus, la suspension d’Elias Lasisi a été réduite et il a pu participer aux play-offs. Ostende disposait donc d’une fameuse armada pour affronter les Giants. Au point qu’on retrouvait, en tribune, des joueurs comme Nedim Buza, Luka Kotrulja ou Servaas Buysschaert : pas de place pour eux alors qu’ils feraient le bonheur de bien d’autres formations.

Rappelons quand même que, quand Ostende s’était incliné en finale de la Coupe de Belgique, Marin Maric était déjà blessé mais Shevon Thompson n’était pas encore arrivé. Pas plus que Braian Angola C’est donc face à des Ostendais diminués que les Giants s’étaient imposés, ce qui n’enlève rien à leurs mérites.

Anvers devra donc se contenter de la victoire en coupe et de la 3eplace en FIBA Champions League. Pas mal quand même, mais cela laissera certainement un goût de trop peu dans la bouche des Giants.

DanielDevos

You must be logged in to post a comment Login

Leave a Reply