Mais qu’arrive-t-il donc au RPC Anderlecht ?

Dans les poules de Coupe de Belgique, au mois d’août, le RPC Anderlecht avait laissé belle impression. L’équipe semblait plus soudée, et les résultats étaient encourageants. Les protégés de Laurent Monsieur avaient, par exemple, tenu la dragée haute à des formations de TDM1 comme Sijsele et Gent Hawks. Mais, depuis le début du championnat, les Anderlechtois calent. Trois défaites en autant de rencontres, dont deux sévères à domicile : 59-80 contre Gistel-Ostende B, et surtout samedi, 65-100 contre le leader Kontich. Entre les deux, une prestation encourageante à Geel, soldée par une courte défaite 74-71. « On s’est peut-être cru trop beau », pense le président Michel Hecq.

Nathan Hervelle, lui, a bu le calice jusqu’à la lie, samedi : il a été exclu alors que son équipe sombrait. Il pointe du doigt le calendrier. « Nous n’avions plus joué depuis trois semaines. Samedi, nous manquions clairement de rythme. Nous avons besoin de jouer des matches. » Le déplacement à Geel remonte en effet au 16 septembre. La faute au… CEP Fleurus, dont le forfait général laisse chaque semaine une équipe « bye ».

Wim Van Britsom, le coach de Kontich, ne s’attendait pas à une victoire aussi facile des siens. « Je me méfiais de ce déplacement au RPC Anderlecht », reconnaît-il. « Lorsqu’on ne s’incline que de trois points à Geel, cela signifie qu’on a des qualités. »

Dimanche prochain, le RPC Anderlecht se déplace au WInketkaai de Malines pour y affronter les Kangoeroes B.

DanielDevos

You must be logged in to post a comment Login

Leave a Reply