Raphaël Morini va déjà retrouver le Spirou avec le Royal IV

Le hasard du tirage au sort fait parfois bien les choses. Mardi, dans les barrages de la Coupe de Belgique (la dernière étape avant de rencontrer une équipe d’EuroMillions Basketball League), le Spirou B accueille le Royal IV Brussels à la Garenne. De belles retrouvailles en perspective pour Rochdi Benzouien et Raphaël Morini, deux Bruxellois qui portaient le maillot carolo la saison dernière. Mais, si Benzouien a grandi au Royal IV et n’a passé qu’une saison au Spirou, Morini est davantage associé à Waterloo. « Pourtant, je suis Bruxellois moi aussi », précise-t-il. « J’ai commencé  à jouer au Maccabi Brussels, qui évoluait à Uccle. J’ai commencé sur le tard, à 16 ans. Un peu par hasard. Un ami m’a demandé : -Cela te dirait d’essayer ?Cela m’a plu et j’ai continué. J’ai ensuite suivi un autre ami, qui évoluait à Waterloo. C’est là que j’ai connu Jaume Avino, un entraîneur qui a beaucoup compté pour moi et qui m’a beaucoup appris. Je suis alors parti à Vilvoorde, club avec lequel je suis monté de D3 en D2 et où j’ai connu un autre très bon entraîneur, Yvan De Vreught. C’est là que j’ai été repéré par le Spirou. »

Morini passe alors à un régime quasiment professionnel. « On avait souvent deux entraînements par jour, en effet. Au Spirou, j’ai retrouvé Jaume Avino. J’ai aussi travaillé avec Fred Wilmot, qui m’a encore fait progresser. Surtout sur le plan technique et dans la compréhension du jeu. »

Morini a passé quatre ans à Charleroi. Avec de très beaux moments. Lorsque l’équipe est montée de TDM2 en TDM1, puis encore la saison dernière, les talents ne manquaient pas, avec des joueurs comme Michaël Fusek, Haris Delalic, Sami Demirtas ou Tito Casero. Mais, cet été, le club a changé de politique : il n’y avait plus de place pour Raf. Qui s’est retrouvé au Royal IV, où il a bien commencé la saison. « Il n’y a plus de grand nom comme Leigh Enobakhare ou Adam Hall, mais on forme un bon groupe, très solidaire et pas dénué de talent pour autant. »

Un groupe qui, pour la journée inaugurale de TDM1, s’est imposé de belle manière au Basics Melsele avec 16 points de Raphaël Morini… qui attend avec impatience le rendez-vous de mardi prochain. « Ces retrouvailles avec le Spirou, c’est de tout même une date que j’ai cochée dans mon agenda. »

En passant de Charleroi au Palais du Midi, Morini a forcément dû abandonner son statut de professionnel. « En fait, j’ai fait des études de commerce et j’ai passé un examen de personaltraineren janvier, que j’ai réussi. Je devrais commencer le boulot très bientôt. »

DanielDevos

You must be logged in to post a comment Login

Leave a Reply